Historique

Créée par décret du 10 mars 1882, l’Ecole Nationale Professionnelle d’Armentières ouvre ses portes le 10 octobre 1887 à 91 élèves. Elle est officiellement inaugurée par Monsieur SPULLER, Ministre de l’Instruction Publique, le 6 novembre de la même année.

Placée sous la double autorité du Ministre de l’Instruction Publique et du Ministre du Commerce et de l’Industrie, l’école ne peut être considérée ni comme une école primaire supérieure, ni comme une école professionnelle. A la suite de programmes mieux adaptés au rôle des ENP et grâce à l’impulsion de Messieurs LABBE & DRUOT, directeurs, notre école connaît de 1900 à 1914 une période de très grand développement. L’afflux des élèves oblige l’administration à ouvrir de nouvelles sections : une classe préparatoire au concours d’entrée à l’ENSAM est ainsi créée.

En 1914-1918, l’ école contribue par tous les moyens à la défense nationale. Ses ateliers emploient jour et nuit 400 ouvriers, ses laboratoires servent aux recherches sur les gaz asphyxiants. Ecrasée sous les obus et l’incendie aidant, il ne restera plus, à la fin de la guerre, que des ruines sur l’emplacement de l’école. Les travaux de reconstruction commencèrent en Août 1920.

A l’occasion du cinquantenaire, Monsieur JULIEN, sous-secrétaire d’état de l’enseignement technique remet à l’école la croix de la légion d’honneur.

En 1940, l’école subit quelques bombardements, l’occupation et le pillage, mais à partir de 1945 elle retrouve toute sa vitalité ; ses ateliers sont rééquipés, des classes de T.S sont créées. On assiste alors à la création et au rattachement de deux établissements : Le Lycée Professionnel et le Centre de Formation de professeurs, l’ Ecole Nationale Professionnelle devenant elle même un Lycée Technique d’Etat.

Les transformations se succèdent ; le Lycée Technique d’ Etat devient Lycée Technique régional, puis Lycée Scientifique et Technique et enfin Lycée Gustave Eiffel. Le Centre de Formation de professeurs quitte le lycée en 1990 au profit des IUFM.


Remonter ↑